Apprendre a murmurer a l’oreille des professeurs

Quand j’ai quitté ma classe pour devenir le coach des nouveaux profs a Ranson, ce que je voulais par-dessus tout c’était aider d’autres professeurs à trouver l’enseignement aussi gratifiant que ce qu’il était devenu pour moi. Le succès et le bonheur des élèves suivraient naturellement…

Après quelques semaines, j’ai réalisé que la tâche serait bien plus difficile que je n’avais imaginé. J’ai appris en 15 ans de carrière sur deux Continents que l’art d’enseigner ne change pas beaucoup d’une école à une autre : Les fondamentaux de l’enseignement sont universel…

Non, ce qui était difficile, c’était d’apprendre l’art d’aider quelqu’un d’autre à enseigner. D’abord il m’a fallu apprendre a  analyser rapidement et de manière efficace ce qui pouvait aider quelqu’un à progresser. Mais, il m’a surtout fallu apprendre comment communiquer des conseils à un enseignant d’une façon qui lui donne l’envie et la capacité de progresser.

En particulier, aider un professeur à surmonter des difficultés à gérer la discipline de sa classe, était et reste toujours l’un des challenges les plus difficiles. Vous avez sans doute été dans une situation similaire : Vous entrez dans la classe d’un collègue et l’environnement semble presque dangereux. Le prof est stressé et embarrassé  que vous soyez le témoin de cela. Les élèves sont surexcités et votre propre niveau de stress augmente. Que faire ?

Pendant ma première année, j’intervenais parfois et essayais de ramener l’ordre, pensant que j’aiderais le prof de cette façon. Sur le moment, c’était sans doute un soulagement, mais j’entendais toujours dire après coup que la situation s’était empirée après mon départ. Qu’est-ce que j’espérais ? Comment une telle intervention pouvait-elle rendre les élèves plus confiants en l’autorité de leur prof ?

Si j’attendais notre prochain entretien pour parler de la situation, je remarquais souvent que ce dont nous avions parlé dans l’environnement feutré de mon bureau se révélait très difficile à mettre en pratique une fois de retour en classe.

Cette même année j’eu la chance d’être invité par Teach For America à joinder une séance de coaching en temps réel. L’idée semblait intrigante: Donner un talkie-walkie au coach, donner une oreillette au professeur et prodiguer des conseils en temps réel à l’enseignant pendant la classe.

L’ayant vu en action plusieurs fois, avec des résultats prometteurs, je décidai de mettre en place certains éléments de cette pratique sans la technologie ni la formation appropriées. Parfois, je montrais des cartes avec des indications depuis le fond de la classe. D’autres fois, j’appelais le prof avec lequel je travaillais dans un coin de la salle, à l’abri du regard des élèves et je lui demandais de mettre en place une stratégie bien précise. A nouveau, cela semblait aider l’enseignant à reprendre le contrôle de sa classe sans avoir à déléguer son autorité.

Cette année, dans mon rôle de « Multi Classroom Leader » à Ranson, j’ai la chance de finalement être formé toute l’année à la pratique du coaching en temps réel par des experts du « Center For Transformative Teacher Training ». Nous avons commencé il y a deux semaines et c’est déjà une sacré aventure !

Avant que vous alliez tous acheter des talkie-walkie à Best Buy, il est important de comprendre que le soutien en temps réel procuré au prof pendant la classe n’est que le face visible de l’iceberg. Ce qui rend cette approche si efficace c’est la façon dont nous aidons les enseignants, avant et après leur leçon, à comprendre les principes de base de la gestion de la dynamique d’une classe. Ils peuvent être résumés ainsi :

1.       Donner des directions extrêmement claires à chaque instant de la leçon (Entrez dans la salle, en silence, et commencez le problème du jour dans votre classeur)

2.   Remarquer continuellement ce que les élèves font de positif et le dire á haute voix avant de faire quelconque discipline (Marie a commencé le problème du jour en silence, Noah a ses devoirs sur la table..)

3.   Donner des consequences calmement et de manière graduelle sans perdre de vue la dynamique positive de la leçon (Mateo, les notes sont toujours prises en silence, considère cela ton dernier avertissement)

4.    Etablir et enrichir des relations durables avec les élèves chaque jour

Le coaching en temps réel commence bien avant la leçon par la pratique de ces 4 complexes principes de base dans le contexte plus sur de mon bureau. Pour le premier mois de pratique, j’ai eu la chance de pouvoir m’entrainer avec deux excellents profs de mon équipe. Elles ont accepté de participer et, pour elles, il s’agit plus de peaufiner leurs techniques d’enseignement que d’apprendre les fondamentaux du métier. Elles sont déjà d’excellentes enseignantes dont l’impact est étendu à travers notre programme d’enseignement hybride (en classe et en ligne). Dans cette vidéo, Tara Anderson, s’entraine à donner des directions précises avant la classe avec Norman Merrifield du CTTT

Après une séance comme celle-ci, nous donnons un talkie-walkie et une oreillette au prof et nous l’accompagnons en classe pour une séance de coaching en temps réel d’environ 20 minutes. Debout, au fond de la salle, cachant ma bouche derrière un porte document, je murmure des conseils dans le talkie-walkie au moment opportun : « Demande l’attention de tous les élèves, remarque trois étudiants qui font ce que tu leur a demandé de faire. C’est un art de trouver le bon moment de murmurer à l’oreille d’un prof pendant qu’il ou elle enseigne mais je m’efforce de m’améliorer. Ceux qui me connaissent savent qu’être bref et à l’heure ne sont pas deux de mes plus évidentes qualités J

Dans cette courte vidéo, Molly Whelan, professeur de 5eme, accueille les élèves dans leur classe et je lui donne des conseils depuis le fond de la classe. Elle n’avait pas besoin de beaucoup car elle s’est bien débrouillée. Remarquez comme la plupart des élèves veulent faire ce qu’il faut après avoir reçu des consignes claires et avoir entendu que d’autres élèves les suivaient déjà.

Finalement, après cette séance en classe, nous organisons une réunion de 20 minutes pendant laquelle on fait le point sur cette expérience, on encourage les progrès réalisés et on donne un ou deux éléments à améliorer avant la prochaine séance.

Je continuerai à écrire périodiquement sur ce sujet mais cela a déjà été une aventure très enrichissante. Nous commençons à éclaircir la voie vers une différente façon de collaborer et de donner le pouvoir aux enseignants de regagner ou d’améliorer le contrôle qu’ils ont sur la culture de leur salle de classe. Le Leadership de plusieurs classes à la fois a pour but d’étendre l’impact d’excellents enseignants au-delà des murs de leur classe. Leur faudra-t-il un talkie-walkie ? Suite au prochain épisode.

Romain

 

 

 

 

 

 

Advertisements

About htdcompletely

Math Multi-Classroom Leader at Ranson IB middle school. Passionate about teaching and helping others grow in their teaching practices.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to Apprendre a murmurer a l’oreille des professeurs

  1. Bertrand says:

    Excellente idée que de noter ce que tu fais. Excellent le choix du titre. J’aime beaucoup les vidéos même si elles me font comprendre une fois de plus ” my very bad level in english” nobody is perfect! D’ailleurs a ce sujet un cours d’anglais calquė sur cette méthode me ferait peut être progresser davantage.

  2. Pingback: Etre ou ne pas etre dans la classe, telle est la question… | expandingthereach

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s