Etre ou ne pas etre dans la classe, telle est la question…

hamlet_preview

Depuis des années, une triste réalité fait beaucoup de mal à notre système éducatif, du moins ici en Caroline du Nord. Si vous êtes un bon enseignant et vous aimez votre métier, le seul moyen d’avoir plus d’impact et d’avancer dans votre carrière est de quitter la salle de classe ou vous excellez…

Ce paradoxe est devenu un sale secret que nous murmurons tous : A un moment, il faudra que je quitte la classe. Cela peut être pour pouvoir gagner davantage (extrêmement triste mais tout à fait compréhensible) mais cela peut être aussi afin de trouver un moyen d’avoir un impact sur davantage d’élèves et d’éducateurs en devenant un conseiller pédagogique ou un principal. Souvent, cela peut être pour essayer d’atteindre les deux objectifs. N’y aurait-il pas une autre voie ? Une qui permettrait à l’enseignant de continuer à enseigner tout en augmentant son spectre d’influence dans l’école ?

Cette façon très binaire de considérer notre profession (0 : j’enseigne, 1 : je n’enseigne plus mais je dirige et aide d’autres à progresser) peut créer de nombreux problèmes. En voici trois, que je suis certain vous avez tous vu ou encouru :

  1. Vous étiez un excellent enseignant mais vous n’avez aucune idée en ce qui concerne la façon d’aider un autre enseignant à améliorer ses pratiques. En d’autres termes, excellent profs ne font pas toujours d’emblée d’excellent principaux or conseillers pédagogiques

2.  Les autres professeurs vous rejettent ou, du moins, ne respectent pas votre opinion car vous n’enseignez pas en ce moment et dans leur école. Ils vous considèrent à mille lieux de leur réalité

3.  Enseigner vous manque et vous manquez á vos élèves mais vous êtes arrivés à la triste conclusion que c’était la seule façon de nourrir votre famille.

Ce qui m’a donné envie d’étudier et de mettre en pratique le nouveau concept de « Leadership de plusieurs classes », c’est que ce modèle proposait de combiner impact direct et indirect  sur les étudiants ; tout cela dans le même poste et la même école. Clarifions ce qui se cache derrière ces deux concepts, tous deux vitaux :

  • Impact Pédagogique Indirect Toute forme d’action que vous pouvez entreprendre pour améliorer la qualité de l’instruction procurée aux élèves mais sans directement enseigner. Cela inclue des actions extrêmement importantes, telle que : La mise en place de procédés pédagogiques, la création de ressources, la formation professionnelle des collègues, les observations et, bien sûr, le coaching
  • Impact Pédagogique Direct Toute initiative ayant pour but d’améliorer l’enseignement reçu par les élèves mais qui, cette fois, vous met en position de directement enseigner à un groupe d’élèves. Cela inclue : L’enseignement d’une ou plusieurs classes, l’enseignement à la demande basée sur les besoins des élèves et l’enseignement an tandem avec un autre professeur

La plupart des postes de direction penchent fortement du côté de l’impact indirect. Ce sont aussi les seuls postes qui paient davantage. Du coup, doucement, on assiste à un exode de nos meilleurs professeurs pour devenir principaux…

Avoir un bon principal dans une école est vital et savoir que nos meilleurs enseignants prennent la direction de nos établissements scolaires n’est pas nécessairement une mauvaise nouvelle, à condition qu’ils soient bien formés et aidés. Pourrait il y avoir une troisième voie qui équilibre impact direct et indirect et améliore le niveau de performance et de satisfaction des équipes pédagogiques ? Est-ce que ces nouveaux postes pourraient offrir un chemin progressif vers la direction d’une école ?

A Ranson IB et dans la zone du Projet LIFT, nous voulons être certains que ces nouveaux postes mélangent, de manière équilibrée, impact direct et indirect. En d’autres termes ces nouveaux leaders enseignent toujours que ce soit en classe, à la demande ou en tandem tout en ayant un impact indirect par l’intermédiaire du coaching et de la formation professionnelle. (L’équilibre que j’ai atteint pour l’instant Ranson se trouve autour de 40% enseignement, 40% coaching, 20% création de ressources et formation professionnelle) Voilà 5 raisons majeures pour lesquelles nous faisons cela et pourquoi nous croyons qu’il doit toujours en être ainsi :

1.       Si vous êtes un bon prof, ce serait un crime que de ne pas enseigner dans votre propre école ! Ce serait comme un joueur de basket professionnel prenant sa retraite au top de sa forme pour devenir le coach de son équipe. Imaginez l’impact sur vos collègues s’ils vous voient enseigner ou s’ils entendent les élèves parler d’une de vos leçons !

2.       La flexibilité de votre emploi du temps vous permet d’enseigner à la demande pour les élèves qui en ont le plus besoin Cassons les murs qui séparent nos différentes classes et imaginons d’autres façons de grouper et d’aider les élèves à progresser. Plus sur ce sujet bientôt…

3.       Vous créez de bien meilleures relations avec les élèves et les enseignants, ce qui fera de vous un meilleur leader Nous sommes seulement au mois d’Octobre et je connais déjà le nom de plus de la moitié des 800 élèves de 6ème et 5ème. J’si déjà parle à beaucoup de parents, ce qui a bien souvent améliore la qualité du travail des élèves en classe. Les profs apprécient que je fasse ma part du boulot un peu ingrat pour l’équipe.

4.       Enseigner en tandem peut aider un professeur à progresser plus rapidement dans un environnement plus sur Le blog de la semaine dernière sur le coaching en temps réel est un bon exemple de ce phénomène. Si vous aidez un professeur en direct à affronter un problème un peu difficile (discipline, pédagogie différentiée, travail de groupe..), ils peuvent le faire et le voir fait en même temps. Ils se sentent mieux soutenus tant que vous avez construit une bonne relation avec eux et que vous vous y prenez avec finesse.

5.       Continuer à enseigner tout en « coachant » fait de vous un meilleur prof et un meilleur coach Vous êtes tout le temps en train de mettre en application ce que vous prônez ! Vous avez intérêt car si vous n’êtes pas consistent, l’équipe aura vite fait de vous le faire remarquer. Cela fait de vous un meilleur enseignant mais aussi un meilleur coach, car vous comprenez mieux ce que vos profs traversent.

Que feriez-vous si un tel poste existait dans votre école et vous saviez que vous pouviez combiner deux passions : Enseigner et aider les autres à le faire ? Et si on vous disait que vous pouvez progressivement gagner davantage parce que vous avez un impact sur de plus en plus d’élèves ?

J’espère que ce blog vous donnera l’envie d’en savoir davantage sur ce nouveau concept de « leadership de plusieurs classes » et comment il pourrait changer bientôt la façon dont on enseigne aux Etats Unis. Peut-être, cela procurera une troisième réponse possible à la douloureuse question : Etre ou ne pas être dans la classe. Une réponse qui relèvera davantage de la physique quantique que du langage binaire : Pourquoi pas les deux à la fois ?

Romain

 

Advertisements

About htdcompletely

Math Multi-Classroom Leader at Ranson IB middle school. Passionate about teaching and helping others grow in their teaching practices.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s