D’un terme a la mode a la realite, 2eme partie: L’apprentissage mixte ou hybride vu du terrain!

Quand des mots comme apprentissage mixte (ou hybride) deviennent à la mode dans le monde de l’éducation, des débats féroces s’ensuivent sur leur valeur potentielle sans pour autant que le terme ait été clairement défini. Les batailles deviennent idéologiques et n’ont que peu de rapport avec le sens réel de ces mots et leur application au quotidien dans nos écoles. A Ranson IB, nous avons commencé à mélanger enseignement en ligne et en classe il y a plus d’un an et j’ai pensé que cela serait un bon moment pour apporter un peu de clarté autour du concept d’apprentissage mixte et de son but. J’ai aussi pensé qu’il serait utile de partager avec vous 5 leçons acquises, parfois à la dure, pendant ces 12 mois d’implémentation.

Qu’est-ce que l’apprentissage mixe et comment est-il mis en pratique à Ranson IB ?

Faisons simple : L’apprentissage mixte est simplement le mélange d’enseignement face à face et en ligne. Comme vous pouvez imaginer, cela peut prendre des formes très différentes. A Ranson IB, nous utilisons des modèles de rotation permettant aux élèves d’apprendre en ligne pendant 40% d’une heure de classe en 6eme et 5eme (4eme l’année prochaine). Concrètement, les élèves alternent entre temps passe avec leur enseignant en petit groupe et temps passe en ligne sous la supervision de deux coaches et de leur leader de multiple classes ou MCL (en l’occurrence, moi-même J)

  • En 6eme cela se passe dans une salle informatique. Imaginez la moitié de vos élèves allant et venant en salle informatique pendant la classe pour travailler sur des activités crées et analysées par l’équipe enseignante. Le prof reste en classe avec les élèves qui travaillent avec leur coach et le MCL
  • En 5eme, la rotation a lieu à l’intérieur même de la classe ou la moitié de l’espace est occupé par des ordinateurs portables. Dans ce cas, le coach et le MCL flottent entre les différentes salles de classe des professeurs de l’équipe pédagogique

Pourquoi avons-nous décidé de proposer ce type d’enseignement ?

Quand quelqu’un me pose cette question (au moins une fois par semaine) je réponds toujours par une autre question : « Vous souvenez vous de la dernière fois ou vous avez appris quelque chose sans mélanger une méthode traditionnelle et moderne d’apprentissage ? » La plupart du temps ils réfléchissent pendant quelques secondes et réalisent qu’ils ne peuvent pas. Que ce soit en allant sur Wikipedia pour mieux comprendre le contexte historique d’un film que l’on vient de voir ou en recherchant sur plusieurs sites internet le meilleur rapport qualité prix avant un achat d’envergure, nous sommes toujours en train de mélanger les méthodes d’apprentissage. Pourquoi en serait-il autrement dans nos écoles ?

Au-delà de la nécessité évidente d’optimiser l’utilisation de la technologie moderne dans nos écoles, nous avions un objectif majeur en tête : Proposer à chacun de nos élèves la qualité, la rigueur et le rythme d’enseignement nécessaire. Cela peut sembler être une tache insurmontable dans un collège ou la différence de niveau entre les élèves d’une même classe peut être toujours très importante. Nous ne voulions pas que certains de nos élèves soient dépassés par le rythme impose mais nous ne pouvions accepter non plus que d’autres soient ralentis ou s’ennuient. Nous voyions dans l’apprentissage mixte une opportunité de répondre aux besoins de chacun. Apres maintenant une année d’expérimentation, nous sommes prêts à partager avec vous 5 leçons nous avons appris (sur le tas) sur l’apprentissage mixte.

  • L’apprentissage mixte procure une structure idéale pour différentier l’instruction, voire même la personnaliser

Cela ne se passera pas du jour au lendemain mais en créant les groupes, emploi du temps et processus nécessaires pour l’apprentissage mixte, vous créez automatiquement les conditions idéales pour différentier et même personnaliser l’apprentissage. Sites tels que Compass Learning or Dreambox learning vous aident à déterminer ce que chacun de vos élèves a vraiment besoin pour progresser. Ils peuvent même s’adapter en ligne à ces besoins pour donner aux élèves des activités à la hauteur de leur niveau et de leur rythme d’apprentissage. Il serait fou cependant de penser que l’on peut se reposer sur l’ordinateur. Le facteur humain est plus important que jamais dans cette démarche ce qui nous amène naturellement a la deuxième leçon…

  • S’il vous plait, utilisez l’apprentissage mixte pour étendre l’impact de vos excellents professeurs!

Aidé par Public Impact et Project LIFT a travers le mouvement pour la création d’une culture d’opportunités, nous avons été poussés à faire preuve d’imagination et à créer de nouveaux postes en liaison avec l’apprentissage mixte. Chacun de ces nouveaux métiers a en commun le but d’étendre l’impact d’excellents enseignants sur davantage d’élèves. En pratique, nos deux professeurs en charge de l’apprentissage hybride créent des leçons chaque semaine que nos élèves peuvent utiliser en ligne ; utilisant des applications comme Showme ou Educreations. Elles évaluent la qualité des activités proposées par une variété de sites internet et elles analysent les progrès réalisés par les élèves sur ces sites. En retour, elles reçoivent du temps de décharge supplémentaire ainsi qu’une augmentation de salaire. En tant que MCL, j’utilise le temps durant lequel les élèves apprennent en ligne pour travailler avec des petits groupes sur ce dont ils ont le plus besoin pour le moment. De cette façon je peux atteindre 200 élèves par semaine sans avoir de classe attitrée pour l’année scolaire. J’enseigne à la demande et à la carte! Je suis aussi le coach des 6 profs de maths et de leurs assistants et je les aide à utiliser toutes les ressources en leur possession, en classe et en ligne. Comme vous le voyez, ces nouveaux postes nous permettent de faire tomber les murs qui séparent nos classes pour pouvoir collaborer de manière plus intelligente.

  • Le site internet miracle n’existe pas, arrêtez de le chercher !

La plupart du temps quand les gens nous contactent pour savoir ce que nous faisons, ils veulent savoir quels sites ou programmes nous utilisons. Nous avons toujours cette utopie erronée consistant à penser que nous allons trouver le site miracle qui va concentrer tout ce dont nos élèves ont besoin. Désolé de vous décevoir mais il n’existe pas. Nous devons chaque semaine évaluer la qualité des activités sur les sites que nous utilisons pour déterminer le meilleur menu pour nos élèves. Nous devons aussi penser constamment à la meilleure façon de connecter ce que les élèves font en classe et ce qu’ils font sur internet. En d’autres termes, l’ordinateur ne remplacera jamais un enseignement de qualité. Vous seriez étonnés de constater à quelle vitesse, une fois l’effet de surprise passe, les élèves se désintéressent d’une activité sure internet si elle n’est pas adaptée à leurs besoins du moment. Les nouvelles technologies doivent a la place rendre le travail des enseignants plus intéressant et le mettre davantage en valeur. Avec l’apprentissage mixte, vous allez découvrir qu’un fantastique prof est plus que jamais nécessaire. Le but devient d’utiliser la technologie à disposition et les procédés établis pour mettre cet enseignement à disposition de plus d’encore plus d’élèves et de professeurs.

  • Etablir une culture de l’enseignement en ligne est difficile et vital à la fois !

Une nouvelle fois, arrêtons de rêver qu’en donnant un ordinateur portable ou une tablette aux élèves, cela va par miracle éliminer les problèmes auxquels on faisait face en classe auparavant. Cela ne n’arrivera pas ! Les élèves peuvent être très passifs voire même paresseux face à un ordinateur. Il y a beaucoup de travail à faire autour du lancement d’un programme d’enseignement mixte pour établir et renforcer une culture d’Independence et de persévérance dans le travail en ligne chez tous nos élèves. Nous avons du travail à faire dans ce domaine mais nous sommes sur la bonne voie !

  • Imagine le niveau de soutien et de formation professionnelle le plus élevé… et multiplie-le par lui-même !!!

Nous avons tous connu cette expérience d’avoir un nouvel outil ou programme informatique dans notre école qui reste totalement inutilisé par les enseignants par manque de soutien et de formation professionnelle. La même chose arrivera dans votre école si vous essayez de mettre en place un système d’apprentissage hybride sans procurer le soutien nécessaire pour vos enseignants. Soyez prêt à les former régulièrement à utiliser de nouveaux outils mais aussi a les accompagner dans la mise en pratique en classe avec les élèves. Aidez-les à faire face aux obstacles sans vouloir abandonner et faire machine arrière. La tentation peut être grande par moment de dire : « Cela ne marchera pas » parce que c’est un procédé tellement différent de ce que l’on a toujours fait. Aidez-les à voir et célébrer les progrès, même mineurs. Consultez vos enseignants souvent pour savoir comment améliorer la structure en place. Ne prenez pas comme acquis le fait que leur donner des moyens technologiques va tout améliorer à lui tout seul, ou bien vous risquez d’être sérieusement déçus. Au contraire, préparez-vous à enseigner, guider and soutenir vos profs a la puissance de 2 !!

J’espère que ces 5 leçons durement apprises dans les « tranchées » de l’apprentissage mixte vous aideront dans votre propre aventure vers le mélange parfait pour vos élèves. Rappelez-vous en chemin que le plus puissant facteur de changement dans la vie d’un élève est la relation avec un excellent enseignant. La technologie peut magnifier une instruction de qualité et un objectif clair, mais sans ces deux derniers, cela ne sera qu’un joli petit gadget.

Romain

Advertisements
Posted in Uncategorized | Leave a comment

From a buzz word to a reality, part 2: Blended Learning, 5 lessons from the trenches

When terms like Blended Learning become buzz words in Education, people often start engaging in fierce debates around their value without even having taken the time to define them. Ideological battles follow with little connections to the reality of these words and their concrete applications in our schools. At Ranson IB middle school, we have been blending the learning in math for over a year now and I thought it would be a great time to bring some clarity around what blended learning is and what purpose it serves in our school. I also thought it would be valuable to share with you 5 lessons we learned, sometimes the hard way, through 12 months of implementation.

What is Blended Learning and how does it look at Ranson IB?

Let’s keep it simple: Blended Learning is basically any combination of online and face to face instruction within a curriculum. As you can imagine, this can be done in many ways and with various degrees of technology integration. At Ranson IB, we are using rotation models during class time to incorporate up to 40% of online instruction in 6th and 7th grade math (8th grade to follow next year). What it literally means is that our students rotate between face to face instruction with their teachers in smaller groups of 15-17 students and online instruction under the supervision of two learning coaches and their Multi-Classroom leader or MCL (and that would be little old me).

  • In 6th grade they do so in a learning lab. Imagine half of your class being in and out to go to a computer lab where they work on activities created, assigned and tracked by the team. The teacher stays in the class while the students work with the learning coach and the MCL
  • In 7th grade they rotate similarly between face to face and online instruction but stay in their classroom where half the space is occupied by a chromebook learning lab. In that case the learning coach and the MCL float between the classes. (See video example below)

Why in the world did we do this?

When asked this question (easily at least once a week), I always start by asking a question back: “Can you think about a learning experience you had lately during which you did not blend online and traditional learning?” Usually, people pause and realize that they can’t. May that be going to Wikipedia (throwing the classic bait;)) to learn more about an historical era after watching a movie or researching on multiple websites before making a costly purchase, we are constantly blending learning methods. Why should our students learn in our schools any differently?

But beyond the obvious necessity to maximize what technology has to offer, we had one big goal in mind: Providing each of our students the rigor, quality and pace of instruction they needed. That can seem like a daunting task in a school where the spectrum of student achievement and reading level within one grade level can still be wide. We did not want any of our scholars to feel rushed or overwhelmed but we couldn’t accept any of them being slowed down either. We felt like blended learning could provide us with the framework to tackle this challenge and after one year of trials and errors, here are 5 extremely valuable lessons we have learned about blended learning:

  1.  Blended Learning provides a strong framework to differentiate and ultimately personalize student learning

It won’t happen overnight but by creating groups, schedules and processes needed to blend, you create an excellent framework to differentiate and ultimately personalize student learning. Software and websites such as Compass Learning Odyssey or Dreambox Learning help you better know what each of your students really need. They can even adapt to these needs online and make sure students are challenged at the appropriate pace and level. It would be foolish however to count solely on them. The human factor in this process is absolutely essential which takes us to our second lesson…

  2.  Pretty please, use Blended Learning to expand the reach of your excellent teachers!

Helped by Public Impact and Project LIFT through the Opportunity Culture movement, we were pushed to think outside the box and create new positions aligned with our blended learning. Each of them have a common goal: Expanding the impact of an excellent teacher. Concretely, our two blended learning teachers create online lessons that impact all our students, using Showme or Educreations for example. They evaluate weekly the best activities on the different sites we use and they analyze student data to make the adjustments needed. To do this, they receive additional planning time and pay. As a MCL, I use our Blended Learning process to expand my teaching impact to over 200 students a week without having a yearly class assigned to me. I pull groups of students during their online learning time to provide them with flexible teaching tailored to their current needs (identified through the analysis of their learning data). I also coach my 6 math teachers and 2 learning coaches weekly and create resources to help them maximize the opportunities given by our framework. As you can see, our models help us knock down walls between classrooms to collaborate in a smarter way.

   3.  There is no miracle website out there, stop looking for it!

Most of the time when people reach out to find out about what we do, they primarily want to know what websites we use. We still in a sense have this utopian idea that we are going to find the miracle resource that will concentrate in one place all we need. Sorry for the wake up call but it does not exist. At Ranson IB, we use time-technology swaps weekly to free planning time for the two blended learning teachers and myself to evaluate what our resources have to offer in order to compose the best “playlist” of activities for our scholars. We also have to constantly think about the best ways to bridge online and classroom instruction to keep our students engaged and the learning relevant. In other words, computers will never replace great teaching. You would be surprised by how quickly students can get bored when working with an online activity that is not relevant to their current needs. Technology should instead enhance and improve the work of great teachers. Blended Learning will just show you that excellent teaching is as much needed as ever. You can then start working on better collaborating to make it trickle down to each and every student in your school.

  4.  Building the culture around Blended Learning is tough but vital

Again stop dreaming that, by giving students computers or tablets, it will suddenly eliminate all the problems you may have faced before in class. It won’t! Students can get very passive or complacent in front of a device. A lot of culture building work needs to be done to ensure that students learn the necessary skills to become better online learners. Digital citizenship for example is something we need to stress more in our school. We also always try to support our students in becoming more independent and show more perseverance in their work online. We still have a long way to go but we are now pushing in the right direction.

5.  Think about the highest level of guidance and support possible for your teachers…now raise it to the 2nd power!

We have all experienced brand new devices or tools being left untouched by teachers when they are not trained and supported appropriately. The same thing will happen with Blended Learning if you do not provide strong guidance for your teams. Be prepared to train them regularly on new resources but also to support them in class to be able to maximize them. Help them face setbacks without wanting to give up and revert to old models. The temptation can be there at times to say “It won’t work!” just because it is so different than what we have done before. Help them see and celebrate successes along the way. Seek their feedback all the time to make the process better and make sure that they are always in the drivers’ seats in this adventure. Do not assume that giving them technology will make everything better by itself, or you are in for a rough awakening. Instead prepare to teach, mentor and support to the 2nd power!

I hope these 5 lessons from the Blended Learning trenches will help you in your own journey toward the blend of online and classroom instruction that will work for your students. Remember, along the way, that the most powerful factor of change in a student life is the relationship with an excellent teacher not with a device. Technology can serve and enhance great teaching and a strong vision, but without it it will simply be a pretty little gadget.

Romain

  • To learn more about blended learning models and their applications in schools across America, visit the Christensen Institute website:

http://www.christenseninstitute.org/blended-learning-model-definitions/

  • To learn more about Opportunity Culture in project LIFT schools and how it leverages the power of  blended learning, visit the Public Impact website:

http://opportunityculture.org/our-initiative/participating-sites/cms-project-lift/

  • Don’t forget to leave us some feedback below
Posted in Uncategorized | 8 Comments

From a Buzz Word to a Reality, Part 1: What in the world is a PLN?

The world of education is constantly bombarded by buzz words. Currently, PLN and Blended Learning are probably in the top 5 of the most used words in the educational twitter-sphere. As usual, a lot of people misuse them, may that be to promote or criticize them.

I decided to start a series of blog posts aiming at helping us going from the buzz word to a reality for a few over-used but potentially interesting terms out there. This week, we will start with PLN and, to honor one of our favorite online tools here at Ranson IB, this first post will be a quick Educreations presentation on PLN and their potential applications. Hope you will find it helpful!

Romain

To watch the presentation, click on the link below:

What in the world is a PLN?

Leave us your thoughts here:

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Etre ou ne pas etre dans la classe, telle est la question…

hamlet_preview

Depuis des années, une triste réalité fait beaucoup de mal à notre système éducatif, du moins ici en Caroline du Nord. Si vous êtes un bon enseignant et vous aimez votre métier, le seul moyen d’avoir plus d’impact et d’avancer dans votre carrière est de quitter la salle de classe ou vous excellez…

Ce paradoxe est devenu un sale secret que nous murmurons tous : A un moment, il faudra que je quitte la classe. Cela peut être pour pouvoir gagner davantage (extrêmement triste mais tout à fait compréhensible) mais cela peut être aussi afin de trouver un moyen d’avoir un impact sur davantage d’élèves et d’éducateurs en devenant un conseiller pédagogique ou un principal. Souvent, cela peut être pour essayer d’atteindre les deux objectifs. N’y aurait-il pas une autre voie ? Une qui permettrait à l’enseignant de continuer à enseigner tout en augmentant son spectre d’influence dans l’école ?

Cette façon très binaire de considérer notre profession (0 : j’enseigne, 1 : je n’enseigne plus mais je dirige et aide d’autres à progresser) peut créer de nombreux problèmes. En voici trois, que je suis certain vous avez tous vu ou encouru :

  1. Vous étiez un excellent enseignant mais vous n’avez aucune idée en ce qui concerne la façon d’aider un autre enseignant à améliorer ses pratiques. En d’autres termes, excellent profs ne font pas toujours d’emblée d’excellent principaux or conseillers pédagogiques

2.  Les autres professeurs vous rejettent ou, du moins, ne respectent pas votre opinion car vous n’enseignez pas en ce moment et dans leur école. Ils vous considèrent à mille lieux de leur réalité

3.  Enseigner vous manque et vous manquez á vos élèves mais vous êtes arrivés à la triste conclusion que c’était la seule façon de nourrir votre famille.

Ce qui m’a donné envie d’étudier et de mettre en pratique le nouveau concept de « Leadership de plusieurs classes », c’est que ce modèle proposait de combiner impact direct et indirect  sur les étudiants ; tout cela dans le même poste et la même école. Clarifions ce qui se cache derrière ces deux concepts, tous deux vitaux :

  • Impact Pédagogique Indirect Toute forme d’action que vous pouvez entreprendre pour améliorer la qualité de l’instruction procurée aux élèves mais sans directement enseigner. Cela inclue des actions extrêmement importantes, telle que : La mise en place de procédés pédagogiques, la création de ressources, la formation professionnelle des collègues, les observations et, bien sûr, le coaching
  • Impact Pédagogique Direct Toute initiative ayant pour but d’améliorer l’enseignement reçu par les élèves mais qui, cette fois, vous met en position de directement enseigner à un groupe d’élèves. Cela inclue : L’enseignement d’une ou plusieurs classes, l’enseignement à la demande basée sur les besoins des élèves et l’enseignement an tandem avec un autre professeur

La plupart des postes de direction penchent fortement du côté de l’impact indirect. Ce sont aussi les seuls postes qui paient davantage. Du coup, doucement, on assiste à un exode de nos meilleurs professeurs pour devenir principaux…

Avoir un bon principal dans une école est vital et savoir que nos meilleurs enseignants prennent la direction de nos établissements scolaires n’est pas nécessairement une mauvaise nouvelle, à condition qu’ils soient bien formés et aidés. Pourrait il y avoir une troisième voie qui équilibre impact direct et indirect et améliore le niveau de performance et de satisfaction des équipes pédagogiques ? Est-ce que ces nouveaux postes pourraient offrir un chemin progressif vers la direction d’une école ?

A Ranson IB et dans la zone du Projet LIFT, nous voulons être certains que ces nouveaux postes mélangent, de manière équilibrée, impact direct et indirect. En d’autres termes ces nouveaux leaders enseignent toujours que ce soit en classe, à la demande ou en tandem tout en ayant un impact indirect par l’intermédiaire du coaching et de la formation professionnelle. (L’équilibre que j’ai atteint pour l’instant Ranson se trouve autour de 40% enseignement, 40% coaching, 20% création de ressources et formation professionnelle) Voilà 5 raisons majeures pour lesquelles nous faisons cela et pourquoi nous croyons qu’il doit toujours en être ainsi :

1.       Si vous êtes un bon prof, ce serait un crime que de ne pas enseigner dans votre propre école ! Ce serait comme un joueur de basket professionnel prenant sa retraite au top de sa forme pour devenir le coach de son équipe. Imaginez l’impact sur vos collègues s’ils vous voient enseigner ou s’ils entendent les élèves parler d’une de vos leçons !

2.       La flexibilité de votre emploi du temps vous permet d’enseigner à la demande pour les élèves qui en ont le plus besoin Cassons les murs qui séparent nos différentes classes et imaginons d’autres façons de grouper et d’aider les élèves à progresser. Plus sur ce sujet bientôt…

3.       Vous créez de bien meilleures relations avec les élèves et les enseignants, ce qui fera de vous un meilleur leader Nous sommes seulement au mois d’Octobre et je connais déjà le nom de plus de la moitié des 800 élèves de 6ème et 5ème. J’si déjà parle à beaucoup de parents, ce qui a bien souvent améliore la qualité du travail des élèves en classe. Les profs apprécient que je fasse ma part du boulot un peu ingrat pour l’équipe.

4.       Enseigner en tandem peut aider un professeur à progresser plus rapidement dans un environnement plus sur Le blog de la semaine dernière sur le coaching en temps réel est un bon exemple de ce phénomène. Si vous aidez un professeur en direct à affronter un problème un peu difficile (discipline, pédagogie différentiée, travail de groupe..), ils peuvent le faire et le voir fait en même temps. Ils se sentent mieux soutenus tant que vous avez construit une bonne relation avec eux et que vous vous y prenez avec finesse.

5.       Continuer à enseigner tout en « coachant » fait de vous un meilleur prof et un meilleur coach Vous êtes tout le temps en train de mettre en application ce que vous prônez ! Vous avez intérêt car si vous n’êtes pas consistent, l’équipe aura vite fait de vous le faire remarquer. Cela fait de vous un meilleur enseignant mais aussi un meilleur coach, car vous comprenez mieux ce que vos profs traversent.

Que feriez-vous si un tel poste existait dans votre école et vous saviez que vous pouviez combiner deux passions : Enseigner et aider les autres à le faire ? Et si on vous disait que vous pouvez progressivement gagner davantage parce que vous avez un impact sur de plus en plus d’élèves ?

J’espère que ce blog vous donnera l’envie d’en savoir davantage sur ce nouveau concept de « leadership de plusieurs classes » et comment il pourrait changer bientôt la façon dont on enseigne aux Etats Unis. Peut-être, cela procurera une troisième réponse possible à la douloureuse question : Etre ou ne pas être dans la classe. Une réponse qui relèvera davantage de la physique quantique que du langage binaire : Pourquoi pas les deux à la fois ?

Romain

 

Posted in Uncategorized | Leave a comment

To be or not to be in the classroom, that is the question..

hamlet_preview

For years, a sad reality has been hurting our educational system, at least here in North Carolina: If you are good at teaching and you truly enjoy it, the only way for you to expand your impact and advance in your career is to… leave the very same classroom where you currently excel.

This paradox has become a dirty little secret that we all whisper: At one point, I am going to have to leave the classroom. It can be to make a decent living (extremely sad but understandable point) but it can also be to find a way to reach more students through instructional coaching and school leadership. Often, it can be to try combine both goals. Couldn’t there be another way? One that would allow a teacher to continue teaching while also expanding his or her impact on more students and educators?

This binary way to look at the teaching profession (level 0: I teach in my classroom, level 1: I do not teach anymore but I lead and develop others) can create multiple challenges. Here are three that I am sure you have all seen or experienced:

  1. You are a good teacher but you have no idea yet how to help other teachers improve in their practices. In other words, great teachers do not make great coaches and leaders right away.
  2. Teachers may resent or at least not respect your guidance because you don’t teach the very same students they are currently teaching. They think you are not in touch with their reality.
  3. You actually miss teaching and your students miss you but you have come to the sad conclusion that it is the only way for you to feed your family.

What drew me to studying and practicing Multi-Classroom Leadership was that, for once, this model was attempting to combine direct and indirect instructional impact within the same job in the same school. Let me clarify what I mean by these two concepts, both equally important in an instructional leadership position:

  • Indirect Instructional Impact: Any action you may use to improve the quality of instruction delivered in a school without directly teaching students. This includes extremely important actions such as: designing processes, planning of resources, leading professional development, observation and feedback and, of course, instructional coaching.
  • Direct Instructional Impact: Any action you use to improve the quality of instruction while directly instructing students. This includes: direct teaching, flexible teaching (teaching on assignments and based on needs identified by the team) and co-teaching.

Most current leadership positions lean heavily toward Indirect Instructional Impact. They are also often the only positions that reward individuals with higher pay. And so slowly, our best teachers are migrating away from the classroom…

Again, Instructional Leadership is vital, and knowing that our best teachers become school leaders is not necessarily a sad reality, as long as they are well-trained and supported. But could there be a way to lead a group of teachers that balances both types of impact and yields higher levels of performance and job satisfaction for all parties involved? Could these positions also offer a gradual way to learn how to lead and expand your reach?

The way we are going about building the Multi-Classroom Leadership model in Project LIFT and at Ranson IB is by making sure that these new positions incorporate direct, flex and co-teaching to the schedule of the MCL. (The balance I am currently experiencing with at Ranson resides around: 40% teaching, 40% coaching, 20% planning and leading PD). Here are 5 key reasons why I do it this way and why I believe it should be done this way moving forward:

  1. If you can teach, it is a crime not to let the students of your school directly benefit from it: Bring your teaching added value to the table!!! Could you imagine a professional basketball player at the peak of his game retiring to coach his teammates before his knees fall apart? Can you think of the impact it could have on your teachers if they see you teach or hear positive feedback from students on your teaching?
  2. The flexibility in the schedule of your position can allow you to teach groups of students who need it the most at the moment they need it the most: Let’s break the walls of the classroom and imagine other ways to group and support students (aligned, for example, to Blended Learning). More to come on this very soon.
  3. You are building better relationships with students and teachers through the process, which will ultimately make you a better leader: For the first time in 3 years, it’s October and I already know the names of at least half of our 6th and 7th graders (800 students total). I have had a great deal of parent contact, much of which has led to improved student participation and work in the classroom. Having this kind of direct interaction with students and parents aids in crucial conversations with teachers too. All of this helps to improve the culture of the team. Teachers also appreciate you doing your part to help the team.
  4. Co-teaching can help teachers grow at a faster pace in a safer environment: Last week’s post on Real Time Coaching was a good example of this phenomenon: If you help a teacher focus “live” on something a bit hard (management, differentiation, group work..), they can see it done and do it at the same time. They feel better supported as long as you have built a solid relationship before doing this and that you do it with subtlety. Avoid the following intro: “Now, watch how it should be done!”;)
  5. Continuing to practice your art while coaching others will make you a better teacher and coach: You are constantly putting into practice what you are preaching. You are talking the talk and walking the walk. Or if you are not, the team will be quick to point it out. This makes you a better teacher but also a better coach as you truly understand what can be difficult for them as they put into action some of your advice.

What if such a position existed in your school and you knew you could combine two of your passions: Teaching and helping others do it ? What if you could gradually earn more money doing this because you are reaching more students through this process?

Hopefully this post will make you want to learn more about Multi Classroom Leadership models and how they could impact entire school districts soon. Perhaps it will also provide you with a third response to the crucial question: To be or not to be in the classroom. A response that will belong in the Quantum Theory field more than it does in the Boolean world: How about doing both at the same time?

Romain

To learn more about our multi-classroom leadership models, read Public Impact case study on Project LIFT Opportunity Culture

Posted in Uncategorized | 10 Comments

Apprendre a murmurer a l’oreille des professeurs

Quand j’ai quitté ma classe pour devenir le coach des nouveaux profs a Ranson, ce que je voulais par-dessus tout c’était aider d’autres professeurs à trouver l’enseignement aussi gratifiant que ce qu’il était devenu pour moi. Le succès et le bonheur des élèves suivraient naturellement…

Après quelques semaines, j’ai réalisé que la tâche serait bien plus difficile que je n’avais imaginé. J’ai appris en 15 ans de carrière sur deux Continents que l’art d’enseigner ne change pas beaucoup d’une école à une autre : Les fondamentaux de l’enseignement sont universel…

Non, ce qui était difficile, c’était d’apprendre l’art d’aider quelqu’un d’autre à enseigner. D’abord il m’a fallu apprendre a  analyser rapidement et de manière efficace ce qui pouvait aider quelqu’un à progresser. Mais, il m’a surtout fallu apprendre comment communiquer des conseils à un enseignant d’une façon qui lui donne l’envie et la capacité de progresser.

En particulier, aider un professeur à surmonter des difficultés à gérer la discipline de sa classe, était et reste toujours l’un des challenges les plus difficiles. Vous avez sans doute été dans une situation similaire : Vous entrez dans la classe d’un collègue et l’environnement semble presque dangereux. Le prof est stressé et embarrassé  que vous soyez le témoin de cela. Les élèves sont surexcités et votre propre niveau de stress augmente. Que faire ?

Pendant ma première année, j’intervenais parfois et essayais de ramener l’ordre, pensant que j’aiderais le prof de cette façon. Sur le moment, c’était sans doute un soulagement, mais j’entendais toujours dire après coup que la situation s’était empirée après mon départ. Qu’est-ce que j’espérais ? Comment une telle intervention pouvait-elle rendre les élèves plus confiants en l’autorité de leur prof ?

Si j’attendais notre prochain entretien pour parler de la situation, je remarquais souvent que ce dont nous avions parlé dans l’environnement feutré de mon bureau se révélait très difficile à mettre en pratique une fois de retour en classe.

Cette même année j’eu la chance d’être invité par Teach For America à joinder une séance de coaching en temps réel. L’idée semblait intrigante: Donner un talkie-walkie au coach, donner une oreillette au professeur et prodiguer des conseils en temps réel à l’enseignant pendant la classe.

L’ayant vu en action plusieurs fois, avec des résultats prometteurs, je décidai de mettre en place certains éléments de cette pratique sans la technologie ni la formation appropriées. Parfois, je montrais des cartes avec des indications depuis le fond de la classe. D’autres fois, j’appelais le prof avec lequel je travaillais dans un coin de la salle, à l’abri du regard des élèves et je lui demandais de mettre en place une stratégie bien précise. A nouveau, cela semblait aider l’enseignant à reprendre le contrôle de sa classe sans avoir à déléguer son autorité.

Cette année, dans mon rôle de « Multi Classroom Leader » à Ranson, j’ai la chance de finalement être formé toute l’année à la pratique du coaching en temps réel par des experts du « Center For Transformative Teacher Training ». Nous avons commencé il y a deux semaines et c’est déjà une sacré aventure !

Avant que vous alliez tous acheter des talkie-walkie à Best Buy, il est important de comprendre que le soutien en temps réel procuré au prof pendant la classe n’est que le face visible de l’iceberg. Ce qui rend cette approche si efficace c’est la façon dont nous aidons les enseignants, avant et après leur leçon, à comprendre les principes de base de la gestion de la dynamique d’une classe. Ils peuvent être résumés ainsi :

1.       Donner des directions extrêmement claires à chaque instant de la leçon (Entrez dans la salle, en silence, et commencez le problème du jour dans votre classeur)

2.   Remarquer continuellement ce que les élèves font de positif et le dire á haute voix avant de faire quelconque discipline (Marie a commencé le problème du jour en silence, Noah a ses devoirs sur la table..)

3.   Donner des consequences calmement et de manière graduelle sans perdre de vue la dynamique positive de la leçon (Mateo, les notes sont toujours prises en silence, considère cela ton dernier avertissement)

4.    Etablir et enrichir des relations durables avec les élèves chaque jour

Le coaching en temps réel commence bien avant la leçon par la pratique de ces 4 complexes principes de base dans le contexte plus sur de mon bureau. Pour le premier mois de pratique, j’ai eu la chance de pouvoir m’entrainer avec deux excellents profs de mon équipe. Elles ont accepté de participer et, pour elles, il s’agit plus de peaufiner leurs techniques d’enseignement que d’apprendre les fondamentaux du métier. Elles sont déjà d’excellentes enseignantes dont l’impact est étendu à travers notre programme d’enseignement hybride (en classe et en ligne). Dans cette vidéo, Tara Anderson, s’entraine à donner des directions précises avant la classe avec Norman Merrifield du CTTT

Après une séance comme celle-ci, nous donnons un talkie-walkie et une oreillette au prof et nous l’accompagnons en classe pour une séance de coaching en temps réel d’environ 20 minutes. Debout, au fond de la salle, cachant ma bouche derrière un porte document, je murmure des conseils dans le talkie-walkie au moment opportun : « Demande l’attention de tous les élèves, remarque trois étudiants qui font ce que tu leur a demandé de faire. C’est un art de trouver le bon moment de murmurer à l’oreille d’un prof pendant qu’il ou elle enseigne mais je m’efforce de m’améliorer. Ceux qui me connaissent savent qu’être bref et à l’heure ne sont pas deux de mes plus évidentes qualités J

Dans cette courte vidéo, Molly Whelan, professeur de 5eme, accueille les élèves dans leur classe et je lui donne des conseils depuis le fond de la classe. Elle n’avait pas besoin de beaucoup car elle s’est bien débrouillée. Remarquez comme la plupart des élèves veulent faire ce qu’il faut après avoir reçu des consignes claires et avoir entendu que d’autres élèves les suivaient déjà.

Finalement, après cette séance en classe, nous organisons une réunion de 20 minutes pendant laquelle on fait le point sur cette expérience, on encourage les progrès réalisés et on donne un ou deux éléments à améliorer avant la prochaine séance.

Je continuerai à écrire périodiquement sur ce sujet mais cela a déjà été une aventure très enrichissante. Nous commençons à éclaircir la voie vers une différente façon de collaborer et de donner le pouvoir aux enseignants de regagner ou d’améliorer le contrôle qu’ils ont sur la culture de leur salle de classe. Le Leadership de plusieurs classes à la fois a pour but d’étendre l’impact d’excellents enseignants au-delà des murs de leur classe. Leur faudra-t-il un talkie-walkie ? Suite au prochain épisode.

Romain

 

 

 

 

 

 

Posted in Uncategorized | 2 Comments

Learning to become a teacher whisperer…

When I left my classroom to take the New Teacher Coach position at Ranson IB, what I wanted more than anything was to help other teachers find teaching as rewarding as it had become to me. Students’ success and happiness would quickly follow…

After a few weeks on the job, I realized that it was a much harder task than I had imagined. It wasn’t so much because the students were difficult. I had learned through 15 years of teaching on two Continents that the art of teaching does not vary much from a school to another: The fundamentals of sound teaching are universal.

No, what was so difficult was to learn the art of helping somebody else teach. First I had to learn how to quickly and effectively analyze what could help somebody else grow in their practices. Most important, I had to learn how to communicate feedback to somebody in a way that would make this person willing and capable to grow in their practices.

In particular, helping a teacher overcome difficulties in classroom management was and remains one of the most difficult challenges. We have all been in a situation like this. We come to the classroom of a colleague and the environment feels suddenly unsafe. The teacher is stressed and embarrassed that you have to see this. The students are riled up and your own stress level rises in an instant. What do you do?

During my first year, I would at times intervene and try to bring back order, thinking I would ultimately help the teacher. While in the moment, it was probably a relief, I would always hear afterwards that things had gotten worse. What was I thinking? How could my intervention make the scholars feel better about their teacher’s authority?

When I would wait to talk about it in a coaching session, I would often notice that what we discussed in my stress-free office environment would be very difficult to implement once thrown back into the reality of the classroom.

That same year, I was invited by TFA to join a Real Time Coaching session. The idea sounded intriguing: Equip the coach with a walkie-talkie, the teacher with an ear piece and whisper real time advice to the teacher on the spot. The method was brought to them by the Center for Transformative Teacher Training and it was tied to their No Nonsense Nurturing Classroom management approach.

Having seen it in action a couple times, with promising results, I started implementing elements of this on my own, without the technology or the proper training. Sometimes, I would use cue cards from the back of the room. Other times, I would simply pull my teacher aside with their agreement and ask them to use one specific action. Again, it seemed to help the teacher regain control without having to let go of his or her authority.

This year, as a Multi Classroom Leader 2 at Ranson, I have the chance to receive a year- long training in Real Time Coaching from experienced coaches from the Center For Transformative Teacher Training. We started two weeks ago and it has been quite a fascinating ride.

Before you all go buy walkie-talkies at Best Buy, it is important to understand that the real time support provided to the teacher is just the tip of a much deeper iceberg: What is so powerful about this approach is how we help teachers beforehand and afterwards unpacking simple principles of effective classroom management. They can be summarized as followed:

  1. Giving crystal clear directions for every phase of the class
  2. Continuously noticing what students are doing well and narrating it before any discipline intervention
  3. Giving consequences calmly and gradually without losing focus on positive momentum building
  4. Building nurturing relationships day in and day out

Real time coaching starts way before the class by practicing in a safe environment how to implement these 4 complex actions. For my first round of Real Time Coaching, I had the chance to work with 2 excellent teachers from my pods. They accepted to participate and for them, it is really about going from good to great, rather than it is to learn the ABCs of teaching. They are already strong teachers, whose impact is being expanded through Blended Learning. Here is a video of our 6th grade Blended Learning Teacher, Tara Anderson, practicing her direction giving and her narration in the pre-conference with Norman Merrifield from CTTT:

After a pre-conference like this one, we equip the teacher with a walkie-talkie and an ear piece, and we join their classroom for 15-20 minutes. Standing in the back of the room, hiding our mouths behind a clipboard, we deliver timely cues to help them do something key in the moment: “Get the attention of the class, Give your direction for note taking, Narrate three students meeting your expectation…” It is an art to find the right time to whisper in a teacher’s ear while he or she is teaching and I am working on getting better at it: Timing and economy of words are key, and those of you who know me, are aware that it is one of my areas of growth;)

In this short video, Molly Whelan, our 7th grade Blended Learning Teacher, is welcoming students in her room and I am giving cues from the back of the room. She did not need many as she handled this very well. Notice how most students will want to do the right thing after having heard what is clearly expected of them and that other students are already doing it

Finally, after this session in the classroom, we meet for a 20 minute post-conference, during which we debrief on the experience, celebrate improvements and focus on one or two next steps before the next session.

I will continue to journal the progress of this adventure but it has already been a powerful journey. We are starting to build a path toward a different way to collaborate and empower teachers to regain or improve control of the culture of their class. Multi-Classroom Leadership is about expanding the reach of teachers beyond the wall of their own classrooms. Can a walkie-talkie be part of the arsenal? To be continued…

Romain

For more info on Real Time Coaching and No Nonsense Nurturing

http://www.transformativeteachertraining.com/index.php

Posted in Uncategorized | Tagged , | 7 Comments